Intérim : la reprise se confirme

Publié par | 11 mai 2017 | Economie

Prisme, le baromètre de l’emploi intérimaire, a constaté de son côté une croissance de 8,7 % en février en France, et de 8,2 % en mars.

Toutes les régions françaises et tous les secteurs sont concernés par ce dynamisme. Les transports (+14,7 %) et le BTP (+11,9 %) poursuivent leur accélération et se situent très nettement au-dessus de la tendance moyenne. Les services (+7,7 %), l’industrie (+6,7 %) et le commerce (+5 %) se situent eux aux alentours de la moyenne, à des rythmes plus ou moins soutenus.

Quant aux catégories professionnelles concernées, les plus porteuses demeurent les cadres et professions intermédiaires (11,8 %) ainsi que les ouvriers qualifiés (10,9 %).

L’intérim des cadres décolle en France

Publié par | 17 janvier 2017 | Economie

Les cadres étaient de loin la profession la moins concernée par l’intérim fût un temps. C’est en train de changer, selon l’Association pour l’emploi des cadres.
45 000 cadres embauchés en intérim en 2016

Les cadres n’ont visiblement plus peur du mot intérim. Cela fait une vingtaine d’années que les missions temporaires qui concernent cette profession se développent progressivement en France. Ainsi, on estime qu’entre 1997 et 2006, ces missions intérimaires pour cadres « voltigeurs » auraient été multipliées par sept. De quoi dépoussiérer considérablement l’image de l’intérim.

Cette année, pas moins de 45 000 cadres ont été employés en intérim pour différentes missions, ce qui correspond environ à 11 000 temps plein. Cette branche de l’intérim connaît d’ailleurs une croissance plus importante que l’intérim en général, avec une hausse du nombre de mission de 10 % sur les neufs premiers mois de l’année, contre 6 % pour le secteur global de l’intérim.

Une étape de transition dans la carrière d’un cadre

Certaines professions de cadres sont davantage concernées par l’intérim. C’est notamment le cas des ingénieurs en électricité et électronique, dont l’emploi en intérim a bondi de 111 % en 2016. Même chose pour les cadres employés sur les marchés financiers, dont l’emploi en intérim a grimpé de 48 % cette année. Une tendance que l’on explique notamment comme une étape de transition chez les cadres, au cours de leur carrière.

Pour continuer à développer l’intérim au sein de cette catégorie socio-professionnelle, l’Association pour l’emploi des cadres (Apec) et Prism’emploi, l’organisation professionnelle de l’intérim, veulent développer davantage de services en commun pour favoriser l’emploi des cadres en intérim. Toutes les deux affirment que la crise de 2008 et la baisse des recrutements sont un lointain souvenir, et que l’emploi chez les cadres a de beaux jours devant lui.

L’intérim repart dans la construction

Publié par | 17 janvier 2017 | Economie

L’emploi intérimaire a bondi de 7,4% au 3e trimestre 2016 dans la construction, alimentant une forte hausse sur un an, selon une étude du ministère du Travail.

Fin septembre, les chantiers de construction employaient 115.400 salariés en intérim, des effectifs en hausse de 7.900 (+7,4%) par rapport à fin juin, selon la Dares, service des statistiques du ministère.

Sur un an, la hausse est de 11,4%. A l’image de l’ensemble du secteur de la construction, les effectifs intérimaires avaient flanché depuis la crise de 2008, jusqu’à atteindre un plancher de 96.300 personnes au 1er trimestre 2015. Depuis, ils augmentent de façon quasi continue.

L’intérim est souvent considéré comme précurseur des évolutions du marché du travail et, si l’emploi n’a pas encore repris dans la construction hors intérim, l’Insee s’attend à 3.000 créations nettes de postes d’ici à la mi-2017.

8 % des effectifs du BTP

Dans les autres secteurs d’activité, l’emploi intérimaire est aussi en hausse au 3e trimestre dans l’industrie (+4,5%, pour atteindre 265.400 personnes) et dans les services (+4,6%, à 231.800), mais il baisse dans l’agriculture (-0,6%, à 3.000).

Dans l’industrie comme dans la construction, les intérimaires représentent environ 8% des effectifs. Ils ne représentent, en revanche, que 1,7% des salariés du tertiaire et 1,3% de ceux de l’agriculture.

Tous secteurs confondus, les effectifs intérimaires ont atteint 615.600 personnes, en hausse de 29.500 (+5,0%) au 3e trimestre, selon des chiffres déjà publiés début décembre par l’Insee et la Dares.

MUTUELLE DES INTÉRIMAIRES

Publié par | 8 décembre 2015 | Information Intérimaire

A partir du 1er janvier 2016, l’accès à une complémentaire santé est généralisé pour tous. La mutuelle des intérimaires se transforme pour mieux répondre aux besoins de tous les intérimaires : FASTT-MUT devient INTÉRIMAIRES SANTE

La Loi sur la sécurisation de l’emploi a mis en place la généralisation de la complémentaire santé pour tous les salariés à compter du 1er janvier 2016.

Compte tenu des délais, il n’est donc plus possible d’enregistrer de nouvelles adhésions à Fastt-Mut pour l’année 2015.

La mutuelle des intérimaires se transforme

La mutuelle des intérimaires se transforme et couvrira systématiquement tous les intérimaires ayant cumulé 414 heures de mission sur les 12 derniers mois. Cette mutuelle sera financée à moitié par l’employeur. Tous les intérimaires concernés recevront automatiquement à partir de janvier un bulletin leur permettant d’activer leur affiliation.

Cette mutuelle pourra être ouverte, à titre facultatif et moyennant une cotisation optionnelle aux :

conjoints et enfants des intérimaires
intérimaires dès leur première mission d’intérim et n’ayant pas atteint 414 heures
Une aide financière du Fastt permettra, sous conditions de ressources, de réduire de 50% le montant des cotisations optionnelles.

Les tarifs sont en cours de finalisation. Ils seront connus courant du mois de novembre 2015.

INTERIMAIRES SANTE en quelques points

Une mutuelle financée à moitié par l’employeur,
Un coût avantageux d’une douzaine de centimes de l’heure travaillée (sous réserve des résultats d’un appel d’offres en cours)
Pour tous les intérimaires dès 414 heures d’intérim (toutes agences confondues)
Une adhésion possible pour ceux n’ayant pas 414 heures d’intérim (sans la participation de l’employeur mais avec une possibilité d’aide financière du Fastt)
Après chaque mission, un maintien gratuit des garanties pendant au moins 2 mois (prolongation supplémentaire de 5 mois sous conditions)

Convaincre un bailleur en intérim

Selon les dernières statistiques de Pôle emploi, le nombre d’intérimaires a progressé sur un an de 4,5% en mai. Signe encourageant, plusieurs secteurs de l’industrie emploient davantage d’intérimaires.

emplois
Ça se confirme, l’emploi intérimaire se redresse et c’est plutôt un signe encourageant si l’on considère que l’intérim constitue un indicateur avancé de l’évolution du marché du travail et préfigure les comportements des entreprises en matière de recrutements.

Selon les dernières statistiques de Pôle emploi, en mai 2015, le nombre d’intérimaires s’établit à 614.900, soit une hausse de 1,0% par rapport à fin avril 2015 (+6.000). En un an, l’intérim augmente de 4,5% (+26.200 de fin mai 2014 à fin mai 2015). Des données très proches de celles de Prism’emploi, l’organisation professionnelle qui regroupe les sociétés d’intérim, qui, dans son dernier baromètre, enregistrait une progression des effectifs intérimaires sur un an de 6% en mai après une hausse de 2,7% en avril.
Davantage d’intérimaires dans l’industrie mais moins dans la construction

Par secteurs, c’est dans le tertiaire (+3,2%) que les effectifs intérimaires progressent le plus, puis vient l’industrie 1,7%. La construction voit ses effectifs intérimaires encore une fois baisser (-5,7%).

Signe encourageant, dans l’industrie, l’augmentation de l’emploi intérimaire n’est pas cantonnée à un seul secteur. Au contraire, le phénomène est généralisé. Parmi les principaux secteurs de l’industrie, les effectifs intérimaires augmentent le plus dans la « fabrication de denrées alimentaires, de boissons et de produits à base de tabac » (+7,5%). Il est suivi par les « industries extractives, énergie, eau, gestion des déchets et dépollution » (+1,8%) et par la « fabrication d’équipements électriques, électroniques, informatiques-fabrication de machines » (+1,4%). Seule, La « fabrication d’autres produits industriels » voit ses effectifs intérimaires baisser (-0,3%).
Dans le tertiaire, les effectifs intérimaires augmentent surtout dans les « administrations publiques, enseignement, santé humaine et action sociale » (+7,1%). Ce secteur est suivi par le « transports et entreposage » (+5,5%), les « activités scientifiques et techniques, services administratifs et de soutien » (+2,0%) et le « commerce, réparation d’automobiles et de motocycles » (+1,3%).
Sur un an, les effectifs intérimaires augmentent plus pour les femmes (+7,8%) que pour les hommes (+3,5%).
Toujours sur une année, toutes les catégories socioprofessionnelles voient leurs effectifs intérimaires augmenter : +14,5% pour les employés, +6,4% pour les cadres et profession intermédiaire, +5,7% pour les ouvriers non qualifiés et +0,5% pour les ouvriers qualifiés.

74-000-emplois-en-perspective-pour-la-région-Midi-pyrénées-02D30134

Les contrats temporaires de type CDD ou intérim ont clairement le vent en poupe… alors que les contrats à durée indéterminée sont de moins en moins utilisé par les entreprises pour recruter leurs salariés.

Le patronat aimerait réformer les CDI, qu’il estime trop rigide face à un monde qui exige de la souplesse et de la flexibilité. Les dernières études montrent que les Français ne sont pas particulièrement enthousiastes à l’idée de toucher au sacro-saint contrat, et ils sont d’ailleurs suivis par le gouvernement qui a besoin de tout, sauf d’ouvrir un nouveau front social.

Les DRH misent sur les contrats temporaires

Ce sont finalement les entreprises qui choisiront d’elles-même le type de contrat dont elles ont besoin. Une enquête du cabinet de recrutement Robert Half assure en effet que les DRH misent davantage sur le CDD et l’intérim plutôt que sur les CDI.

Plus de 70% des DRH interrogés dans cette étude estiment ainsi que d’ici à l’horizon 2020, ces deux types de contrats temporaires seront majoritairement choisis par les entreprises, qu’elles soient petites ou grandes. CDD comme intérim représentent les « principaux moyens pour une entreprise de s’adapter aux évolutions de son environnement et de sa demande ».

Plus de flexibilité

Il est vrai que la demande de souplesse est forte du côté des entreprises, mais aussi de plus en plus pour les salariés. La « flexibilité convient parfaitement à certains candidats » explique le cabinet, les rémunérations sont souvent plus importantes, et l’expérience acquise s’ajoute au parcours professionnel.

Une agence de travail temporaire doit justifier d’une garantie financière, destinée à couvrir les salaires et les charges sociales des intérimaires, en cas de défaillance de l’entreprise.

Cette garantie est représentée par un engagement écrit de caution de la part d’une société de caution mutuelle, d’une compagnie d’assurance ou d’un établissement financier.
Pour 2015, son montant, calculé en fonction du chiffre d’affaires annuel de l’entreprise, ne peut être inférieur à 120 680 € (contre 119 014 € en 2014).

Décret n°2014-1716 du 29 décembre 2014 relatif au montant minimum de la garantie financière des entreprises de travail temporaire
www.legifrance.gouv.fr

Un service de coaching aux salariés intérimaires à la recherche d’un logement à louer. Les conseillers délivre des conseils, des outils, des garanties pour accélérer la recherche et sécuriser les propriétaires bailleurs.

Commentaires fermés sur Le micro-crédit

Le micro-crédit

Publié par | 15 décembre 2014 | Information Intérimaire

Dans ce numéro, découvrez les solutions de micro-crédits du Fastt